liens amis - contact
France 5

France 5

France 5





Un soir avec... Le regard de Georges brassens

Au tout début de sa carrière, avec l’un de ses premiers salaires, Georges Brassens s’offre une caméra 16 mm. Il filme ses parents, ses amis, ses amours : un univers et des êtres qui sont restés dans l’ombre de son succès et qui lui ont inspirés certaines de ses plus belles chansons.

Chacun connaît Georges Brassens, le chanteur à la pipe et à la guitare, ses refrains, ses mots, sa voix... mais qui connaît l’homme ? Les films amateurs qu’il a tournés dans les années 50 font le lien entre sa vie et son oeuvre.

Pendant près de 10 ans, il assemble, annote, archive ses films.

Conservés par sa famille, ils témoignent d’un "entre deux" dans la vie de Georges Brassens : entre un début de reconnaissance et un succès grandissant.

Extraits du reportage :
A propos de sa mère. « Elle avait voulu faire de son fils quelqu’un de très poli. Il se trouve que son fils est monté sur scène pour dire des gros mots. »

A propos de son père. « Il pensait que, même tout petit, j’étais assez grand pour trouver moi-même l’attitude, le comportement que l’on doit avoir dans la vie. Il ne voulait rien me dicter. » Georges Brassens

« C’est l’homme le plus mystérieux que j’ai rencontré, le plus pudique. Il a une joie de vivre, là, sur ces images, qu’on lui connaît peu. » Juliette Gréco, chanteuse

« Ses parents ne l’ont jamais vu en spectacle. Ni à Paris ni même à Sète. Sa mère n’a jamais voulu aller le voir.… C’était des gens très gentils, très simples, modestes, effacés. » Victor Laville, ami de Georges Brassens

« Il était à la fois partagé entre un père qui était libre-penseur et une mère qui était une fervente catholique. Il était en rébellion contre cette mère et en adoration envers son père. Je crois que son tempérament d’anarchiste et de libertaire remonte à très loin, à sa tendre enfance, en tout cas, à son adolescence. » Bernard lonjon, biographe de Georges Brassens

« Lors des premières tournées en Bretagne, les curés faisaient des messes pour demander aux paroissiens de ne pas aller écouter Brassens. Car c’était vraiment le diable, Brassens ! »
« Il a commencé à être très riche, il aurait très bien pu partir de l’impasse [Florimont]. Il n’a jamais voulu quitter l’impasse, car c’était là où il était heureux. Je trouve que c’est une des plus grandes leçons de vie, de dire : j’installe l’eau et l’électricité, j’achète quelques meubles bretons pour Jeanne, c’est tout. Parce que mon bonheur, il est là. » Clémentine Deroudille, journaliste, auteure et directrice de la collection à l’INA, commissaire à l’exposition à la Cité de la Musique

« Püppchen l’accompagnait toujours en tournée. C’étaient les seules périodes où ils vivaient complètement ensemble. Elle était discrète. Je ne pense pas qu’il aurait supporté une extravagante. Il en avait déjà une à la maison. » Agathe fallet, épouse du romancier René Fallet, ami de Georges Brassens.

Durée : 52 minutes
Realisateur : SANDRINE DUMARAIS
Production : COMIC STRIP PRODUCTION / RTBF / INA / SERGE CAZZANI / FRAKAS PRODUCTIONS
Participation : FRANCE TELEVISIONS
Soutien : RTS RADIO TELEVISION SUISSE

VOIR LE REPORTAGE

    Le sourire du chat . 2 allée des tilleuls . 41270 boursay . +33 (0)6 12 90 56 40
Biographie - Boutique - Spectacles - Stage guitare - Scolaires - Discographie - Bonus - Calendrier -
Forum - Actualités - contact